Le policier retraité a tenu sur Facebook des propos dégradants envers les juifs.
Image: AP

L’ex-policier outrancier va être jugé par ses pairs

Le Syndicat de la police judiciaire est choqué par les propos antisémites d’un cadre à la retraite et veut l’exclure de ses membres.

La réaction n’a pas tardé. Le Syndicat de la police judiciaire (SPJ) dénonce le comportement d’un policier retraité depuis huit ans, mais toujours membre, qui a tenu sur Facebook des propos dégradants envers les juifs, comme nous l’avons révélé samedi. Le comité va proposer son exclusion.

Choqué, le SPJ déplore dans un communiqué le fait qu’il puisse être assimilé à la police genevoise, et plus particulièrement à la PJ, où il a travaillé. «Votre police judiciaire ne se reconnaît pas dans de tels comportements et dénonce avec la plus grande fermeté les propos nauséabonds et honteux de ce personnage.»

Sur son mur, visible par quelque 300 amis, l’internaute s’est fendu, le 19 octobre, de ce commentaire sur l’actualité: «Weinstein! Pourquoi on en trouve de plus en plus chez les baptisés au sécateur? Décidément, les crochus seraient des adeptes ou des addicts! Je pense que c’est vrai… j’en connais… mais là, silence! Pas de vague! Les médias sont dans leurs mains… pis alors les bavards!! Je n’ai par ailleurs no lu ni entendu les jérémiades du peuple élu.» (Sic) Outré, l’un de ses contacts l’a mis en garde, mais l’auteur en a remis une couche.

«A l’image de la population qu’elle sert, citoyenne, multiculturelle et pluriconfessionnelle, la police judiciaire n’a de fait ni couleur politique, ni couleur de peau, ni religion et elle s’efforce de défendre les valeurs de la République sans faire de distinction», insiste le SPJ, qui espère voir le Ministère public «se prononcer quant aux suites qu’il entend donner à cette affaire».

Pour Me Nicolas Capt, interrogé samedi, ces déclarations pourraient tomber sous le coup de la norme pénale, pour incitation à la haine. (TDG)