Photo: Keystone

L’EX-DIRECTEUR DE CHAMP-DOLLON ENTRE À LA POLICE GENEVOISE

Constantin Franziskakis, qui a été instituteur par le passé, va devenir commissaire de police.

L’ancien directeur de la prison de Champ-Dollon, Constantin Franziskakis, va devenir commissaire de la police genevoise, dès le 1er février. Une formation spécifique de plusieurs mois suivra sa désignation en tant que commissaire de police, soumise elle-même à évaluation.

«L’engagement d’officiers hors du corps de police a toujours eu lieu et était même ancré dans l’ancienne loi sur la police. Plusieurs hauts cadres sont actuellement issus de l’extérieur de même que des policiers», déclare un avocat pénaliste de la place.

Destin atypique que celui de cet homme au nom qui sent bon la Grèce, né en 1963, titulaire du certificat d’études pédagogiques, du brevet d’aptitude à l’enseignement primaire et d’une licence en sciences de l’éducation obtenue à l’Université de Genève.

«C’est un homme fait pour l’opérationnel», souligne encore le pénaliste. Constantin Franziskakis a été instituteur, maître principal, éducateur. Son destin bascule il y a vingt ans lorsqu’il est nommé directeur adjoint du service du patronage, puis, un an plus tard, directeur. Il «entre en prison» en l’an 2000.

L’homme a laissé son empreinte à la prison de Champ-Dollon où il officie comme directeur plusieurs années. Mais l’an dernier à la même période, au grand regret des agents de détention d’ailleurs, il quitte la direction du plus grand établissement de détention préventive de Suisse romande suite à un conflit avec l’Office cantonal de la détention. Il rejoint dès lors le secrétariat général du département de sécurité et de l’économie où il a pour mission, notamment, de plancher sur l’avenir de la sociothérapie, de la prise en charge des détenus radicalisés et de l’organisation des Etats-généraux de la détention il y a quelques semaines.

Mission accomplie! Avec ce bagage, cette formation pluridisciplinaire, le quiquagénaire a postulé à une place vacante à la police genevoise: celle de commissaire, sous la direction du Major Claude Bettex. Après avoir suivi tout le cursus obligatoire, il a réussi son «examen d’entrée». Un nouveau défi pour le commissaire Franziskakis. (Sourc: Le Matin / Valérie DUBY)