Le Conseil d’Etat met un terme au projet SCORE et s’engage dans l’élaboration d’une nouvelle réforme du système d’évaluation et de rémunération du personnel de l’Etat

Point presse du Conseil d’Etat du 26.02.2020

Le Conseil d’Etat a décidé de mettre un terme au projet SCORE et de retirer le projet de loi actuellement en suspens au Grand Conseil. En tant qu’employeur responsable, le Conseil d’Etat prend ainsi acte de l’impossibilité de parvenir à des solutions concertées satisfaisantes, compte tenu du manque d’adhésion au projet SCORE initié il y a dix ans, et cela malgré les moyens financiers conséquents que le Conseil d’Etat était prêt à engager pour sa mise en œuvre. Face à la nécessité impérative de moderniser le système actuel d’évaluation et de rémunération des collaborateurs-trices de l’Etat, le Conseil d’Etat s’engage dès à présent dans l’élaboration d’un nouveau projet de réforme, dont certains principes directeurs ont déjà été définis.

Lancé en 2010, le projet SCORE a fait l’objet d’efforts considérables de la part du Conseil d’Etat au cours des législatures successives. Ceux-ci se sont encore intensifiés depuis l’été 2018 à travers la reprise des discussions avec les organisations représentatives du personnel, tel que demandé par la commission ad hoc du Grand Conseil.

Tout au long de ces travaux, le Conseil d’Etat a privilégié la recherche de solutions concertées visant à fédérer largement autour de cette réforme. Les discussions ont néanmoins mis en exergue le manque d’adhésion au projet, et ce malgré les propositions du Conseil d’Etat visant à répondre au mieux aux diverses revendications formulées, entraînant de fait des coûts toujours plus importants. Résolu à prendre ses responsabilités en tant qu’employeur, le Conseil d’Etat est ainsi arrivé à la conclusion que les conditions n’étaient pas réunies pour mener à bien cette réforme.

Il n’en demeure pas moins que le système actuel d’évaluation et de rémunération des collaborateurs-trices de la fonction publique doit impérativement être réformé. Le Conseil d’Etat entend donc s’atteler sans attendre à l’élaboration d’un nouveau projet capable de répondre à ce besoin. Il devra moderniser les critères d’évaluation des fonctions et les adapter au monde du travail d’aujourd’hui, en mettant notamment l’accent sur la transparence, l’équité entre les fonctions, l’égalité entre femmes et hommes et la prise en compte des nouvelles compétences et des nouveaux métiers.

Les organisations représentatives du personnel seront associées à l’élaboration de ce nouveau système, et ce dès les premières étapes, notamment s’agissant du choix des critères d’évaluation des fonctions, ainsi que de leur pondération.

Pour plus d’informations, cliquez ici :