15-05-29-Brevet Fédéral-JLP 010

L’académie de police sera désormais moins militaire

Au sein de l’école dirigée par le colonel Alain Bergonzoli, des changements interviendront à tous les niveaux. Dès cet automne, le cursus des futurs gendarmes vaudois, genevois et valaisans sera de deux ans, au lieu d’un seul. Mais la deuxième année s’effectuera essentiellement au sein des corps de police auxquels appartiennent les aspirants.

Pour ce qui est des cours dispensés sur le rocher de Savatan, l’accent sera mis sur les aspects judiciaires, ainsi que sur les mises en situation. En revanche, le sport, les marches et autres exercices d’endurance seront revus à la baisse. De la même manière, le temps consacré aux pratiques plus ou moins archaïques, telles que la cérémonie de la levée des couleurs qui deviendra mensuelle au lieu d’hebdomadaire, sera réduit. Ainsi, d’une manière générale, la formation deviendra moins militaire.

Sous la pression des médias

Si ces modifications répondent à des réflexions datant de longue date et à un besoin de s’adapter au Plan d’études cadre fédéral, à savoir que les aspirants devaient suivre davantage de périodes que leurs camarades des autres académies de police du pays, elles ne sont pas sans rappeler les reproches formulés dans la presse au printemps dernier. Pour mémoire, plusieurs médias avaient dénoncé les méthodes d’enseignement, sur la base de témoignages d’anciens aspirants.

D’ailleurs, cette décision annoncée jeudi fait également suite à un audit qui concluait que si les cantons et communes jugeaient la formation «excellente» au plan technique, 75% estimaient que les aspirants n’étaient pas bien préparés aux missions de service à la population et de proximité. En outre, les budgets consacrés aux enseignants et au personnel administratif vont eux aussi diminuer.

Pour finir, la question de l’exploitation du site de Savatan reste ouverte. Son sort à long terme n’est pas encore connu. Mais, pour l’heure, la convention avec la Confédération a été prolongée jusqu’en 2022.

(nxp/ats)