• ACTUS GENDARMERIE

, ,
Lancé en 2010, le projet SCORE a fait l'objet d'efforts considérables de la part du Conseil d'Etat au cours des législatures successives. Ceux-ci se sont encore intensifiés depuis l'été 2018 à travers la reprise des discussions avec les organisations représentatives du personnel, tel que demandé par la commission ad hoc du Grand Conseil.
Mauro Poggia, conseiller d’État genevois en charge de la police, est quant à lui «tombé des nues» en apprenant «par la Fondation des parkings, ensuite par la police», l’obligation d’inscrire nom et prénom sur les amendes d’ordre. «Personne n’avait apparemment vu passer le problème à l’époque. Je n’arrive pas vraiment à comprendre l’avantage de cet élément de la loi. Je ne pense pas que la protection des forces de l’ordre puisse être assurée dans ces conditions.» Que compte-t-il faire pour protéger les agents? «Je vais interpeller Karin Keller-Sutter (ndlr: la conseillère fédérale en charge du Département fédéral de justice et police) pour voir ce qu’il est possible d’entreprendre.» Il serait notamment favorable à un allègement de cette contrainte: «Par exemple, n’indiquer que la première lettre du prénom me semble déjà mieux protéger l’identité.»
Deux séries criminelles mal prises en main navrent les syndicats: «On ne sait pas qui fait quoi». La direction de la police répond.
Il y a pénurie de policiers dans le canton de Genève. Samedi après-midi, seules deux patrouilles de police étaient disponibles pour tout le canton. Aux Pâquis, l'accueil au public a même dû être interrompu durant quatre heures en plein après-midi.
, , ,
Les subventions, enfin prévues au budget 2020 pour rétablir la pleine compensation des mécanismes salariaux, sont rabotées. Ces coupes vont définitivement mettre des institu- tions dans des difficultés insurmontables : des prestations risquent d’être supprimées.
COMMUNIQUE FSFP - Une agente de police a été renversée et grièvement blessée le 14 octobre à Winterthour. Une autre policière a pu faire un saut de côté pour se mettre en sécurité puis a tiré sur le véhicule qui fuyait. Le délinquant, qui avait forcé le barrage routier avec une voiture volée, a pu être interpellé après une course poursuite. « La Fédération Suisse des Fonctionnaires de Police FSFP est choquée et s’inquiète pour la collègue blessée », a déclaré la présidente de la FSFP, Johanna Bundi Ryser, qui a appelé à une peine exemplaire pour cet acte brutal et répréhensible.
Pour Me Romain Jordan, avocat du gendarme, «cet arrêt rappelle à la hiérarchie de la police une règle essentielle: la protection de la santé des travailleurs n’est pas un vain mot. De deux choses l’une: soit le policier est affecté à un service de piquet, soit il ne l’est pas. L’entre-deux n’est pas une option, et on ne peut que s’interroger sur l’opportunité d’en faire le fondement d’une sanction disciplinaire, à l’heure où l’engagement de notre police au service de notre collectivité est plus que jamais nécessaire.»
, ,
Nous vous prions de trouver, en annexe, un communiqué de presse du Cartel de la fonction publique qui prend position suite à la présentation de ce jour du budget 2020 du canton de Genève par le Conseil d'Etat.
Au lieu de reconnaître les problèmes pour mieux les résoudre, la direction de la police – grande bénéficiaire des avantages octroyés par cette LPol – s’est efforcée de les taire, de les maquiller sinon de les occulter. Peut-être parce qu’une remise en question est pour eux synonyme d’échec. Peut-être aussi parce que cela pouvait coûter cher de dire à un Pierre MAUDET que sa loi n’était finalement pas si parfaite.
Selon Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police, une affaire sensible l'est soit en raison des personnes impliquées, soit de la nature des faits, soit du contexte. Elle a alors «un caractère particulièrement attractif» qui provoque une augmentation du risque de fuite. Si l'agent pense qu'une procédure VIP s'applique, il saisit le commissaire de piquet, qui prend une décision (réversible en tout temps). Si elle est positive, elle est communiquée à la commandante de la police, au chef d'état-major, au chef des opérations, au chef des commissaires et au chef du service directement concerné. Le conseiller d'Etat, en revanche, n'a pas accès à l'information.
L'un d'eux a bien été blessé par un agent des forces de l'ordre. «S'étant trouvé seul face à l'un des individus, un policier a fait usage de son arme de service, l'atteignant à la jambe. Il a indiqué que l'individu l'avait menacé au moyen d'un pistolet.
La Cour des comptes critique sévèrement la co-existence de deux corps de police de proximité. Elle préconise une police unique sous commandement cantonal.
Lors d'une conférence de presse, le 12 juin dernier, le commandant de la police communale a appelé de ses voeux que l'Académie de Savatan (VD) intègre un nouveau module "patrouille solo" dans la formation. Il s'exprimait en marge du bilan dressé par la capitale vaudoise dans son dispositif d'îlotage policier mis en place dans le centre ville afin de déranger la vente de drogue dans la rue et rassurer les passants.
A l’époque du scrutin, beaucoup de voix avaient relevé que l’effectif policier était insuffisant pour permettre une mise en œuvre satisfaisante de la nouvelle loi. La dissolution de la gendarmerie, institution pourtant vieille de plusieurs siècles à Genève – elle a été fondée en 1814 –, au nom d’une prétendue transversalité, ainsi que sa réorganisation en plusieurs silos avaient été alors présentées comme une solution à ces problèmes, et de nombreux partis avaient soutenu une loi dont ils espéraient qu’elle allait rendre l’organisation de la police plus souple et plus efficace, par un décloisonnement.
Dans une société qui prétend prioriser le bien-être de l’humain et son respect, un seul suicide, c’est déjà un suicide de trop. Quelles que soient les explications qu’on puisse tenter de lui trouver. Il n’y a pas de suicide plus ou moins acceptable qu’un autre. Tous sont insupportables, car au-delà de l’indicible douleur de la perte, chacune de ces tragédies nous projette en plein visage et avec une rare violence, le reflet de notre part de responsabilité. Sans concession. Comme un impitoyable miroir.
La Cour d’assises estime néanmoins qu’ils ont pris part à un hold-up aussi spectaculaire que raté. Après avoir défoncé la devanture du bureau à l’aide d’un véhicule volé, les malfrats ont échangé des coups de feu avec deux policiers avant de s’enfuir. Les fonctionnaires genevois étaient représentés par Me Robert Assaël, qui témoigne.
Des agents s'inquiètent d'une sous-dotation en personnel récurrente et préoccupante au sein de Police secours à Genève, a appris la RTS. Les policiers parlent d'une situation alarmante et d'un "état d'urgence" permanent.
Aux yeux des syndicats de police genevois, les événements qui ont mis le Service des votations sous les feux de la rampe constituent des faits nouveaux en faveur de leur cause. Ils veulent faire annuler la votation de 2015 sur la loi sur la police.
Le Parti populaire genevois considère que «notre démocratie est bafouée» et apporte son soutien à la pétition en ligne lancée par David Peitavino, intitulée «Pour l'annulation du scrutin du 19 mai 2019».
L'avocat de l'UPCP, Me Jacques Roulet, indique suivre l'affaire de près. Il avait déjà déposé des demandes de révision du scrutin de mars 2015.
«De toute évidence, il y a une rupture totale entre ce que vivent les policiers sur le terrain et la présentation qui en est faite par l’état-major!»
L'Union syndicale des polices romandes veut que la loi sur la circulation routière soit assouplie pour les policiers, pompiers, ambulanciers et médecins urgentistes lorsqu'ils sont en mission.
Attention, monument en péril. Votée de justesse en 2015, la loi sur la police défendue par le magistrat Pierre Maudet fait l’objet d’attaques en règle depuis sa naissance difficile. Après des recours retouchant certains éléments en 2016, l’UDC proposait de ressusciter la police judiciaire en 2017.
C’est un camouflet que la justice inflige à la direction de la police et au Département de la sécurité. Par un arrêt daté du 15 mars, la Cour de justice vient de reconnaître les droits d’une agente de la police judiciaire mobilisée en 2016 lors des négociations autour du conflit syrien «à une compensation de ses heures effectuées en piquet».
Les policiers suisses redoutent désormais de se lancer dans des courses-poursuites. Ils sont particulièrement refroidis depuis qu'un confrère genevois a été condamné mercredi à un an de prison avec sursis pour avoir roulé à 126 km/h dans une zone limitée à 50 alors qu'il était en intervention en février 2017. Il tentait, sirène et feu bleu enclenchés, d'intercepter des cambrioleurs dangereux. La justice a retenu le délit de chauffard contre l'agent.
«Ce bâtiment n’est pas fini, il n’a pas d’entrée, il a l’air con.» Celui qui a ce verdict si sévère sur le Nouvel Hôtel de police de la Gravière, c’est son architecte. «Chaque fois que je le vois, j’ai mal au ventre, il lui manque le corps et les bras»
Un policier âgé de moins de 30 ans écope d’une peine de prison d’un an avec sursis pour avoir roulé à une vitesse de 126 km/h sur la route d’Annecy, limitée à 50 km/h. Le Tribunal de police l’a déclaré coupable de violation intentionnelle des règles fondamentales de la circulation routière.
L’agent A. risque une peine de prison. Après sa comparution à la fin du mois de janvier pour violation intentionnelle des règles de circulation, il attend la décision des juges du Tribunal de police. Ce soir de 2017, il est encore en formation et au volant quand la radio lui indique que des collègues engagent une course-poursuite sur la route d’Annecy. C’est précisément où il se trouve. Dans la grosse cylindrée volée et pourchassée par la police, des hommes sont armés et connus pour leur dangerosité. «Suis-les», lui lance sa collègue. Sirènes hurlantes et feux bleus allumés, il sera flashé à 126 km/h par un radar fixe. Les fuyards se sont évaporés et les ennuis commencent pour l’agent qui tenait le volant.
Plus de trois ans après la polémique, l’Union du personnel du corps de police (UPCP) essuie un revers en justice. À l’époque leurs revendications avaient provoqué un petit séisme au sein de la fonction publique. Et pour cause: Marc Baudat, le président du syndicat policier réclamait, avec près de 700 collègues, 2,7 millions de francs à l’État.
La formation des futurs gendarmes des cantons de Vaud, de Genève et du Valais sera, dès cet automne, plus longue et davantage axée sur les aspects judiciaires et les mises en situation.
, ,
Ce jour, le Conseil d’Etat s’est réorganisé d’un point de vue réglementaire attribuant les domaines de la détention et de la police à Monsieur le Conseiller d’Etat Mauro POGGIA. Nous saluons cette décision, ainsi que cette formalisation que nous avions appelée de nos vœux lors de la mise en prévention de M. Pierre MAUDET.
Elle affirmait disposer de bulletins et d’enveloppes dans laquelle elle pouvait ajouter des noms ou des votes, ce qu’elle prétendait avoir fait à diverses occasions. Par exemple: lors de la votation de la Loi sur la police en 2015, en faveur du texte défendu par Pierre Maudet.
La nouvelle loi sur la police genevoise change les conditions-cadres du contrat que ces agents avaient signé. Ils critiquent la mauvaise foi du Conseil d’État.
Christian Cudré-Mauroux, ancien numéro deux de la police genevoise, gagne son bras de fer contre le Département de la Sécurité de Pierre Maudet.
Une policière genevoise a été blessée à un genou lors de l'interpellation d'un homme soupçonné de trafic de drogue, près de la gare de Cornavin, lundi. Le suspect s'est débattu et a injurié les deux agents venus l'arrêter et a crié. La policière a déposé une plainte, a indiqué mercredi la police genevoise. Le prévenu, de son côté, a nié s'être emporté. Mardi, deux autres policiers ont été blessés, l'un à la main, l'autre au genou, par un individu qui tentait de se soustraire à leur contrôle.
La violente agression d’un policier à Genève mi-août n’y aura rien changé. Le Conseil des États a refusé tacitement mercredi d’instaurer des sanctions plus sévères en cas de violence ou menace contre les autorités et les fonctionnaires.
,
Les sanctions en cas de violence ou menace contre les autorités et les fonctionnaires ne seront pas durcies. Le Conseil des Etats a enterré mercredi une motion.
Si aucune convention n’existe concernant ce type de véhicules, c’est que la pratique professionnelle diffère. «Contrairement à la France, les ambulanciers suisses peuvent prendre un certain nombre d’initiatives et sont autorisés à faire des gestes que ne peuvent pas pratiquer leurs homologues français. Dès lors, le cadre légal est trop divergent pour fixer une convention. En Suisse, le système repose sur les ambulanciers, qui effectuent 85% des interventions. Le SMUR n’est appelé qu’en cas d’urgence vitale grave.»
Nous sommes indignés de ce nouveau cas de violence à l’encontre d’un policier. Si aujourd’huides malfrats sont prêts à tuer un policier pour une caravane volée que seront-ils prêts à faire demain ?
Dimanche matin, un policière vaudoise a été grièvement blessée en France voisine après une course-poursuite. Appelé, le 144 s'est coordonné avec les services de secours de l'Hexagone.
Après une course-poursuite entre Vaud, Genève et la France, une gendarme vaudoise a été percutée par les fuyards. Le Samu français a refusé l'intervention des secours suisses.
Dans la nuit du 11 au 12 août 2018, un policier de la Brigade Anti-Criminalité (BAC) a été gravement blessé lors d’une intervention. Une patrouille de la BAC intervenait pour une bagarre dans le quartier des Eaux-Vives.
Un agent de la Brigade anticriminalité a été grièvement blessé lors d'une intervention aux Eaux-Vives ce dimanche au petit matin.
Insultes, coups, menaces: le nombre de violences faites aux policiers a pris de l’ampleur à Lausanne et à Genève. Une tendance qui interroge désormais la nature de notre rapport à l’autorité.
Votez NON le 10 juin !
La polémique sur la gouvernance de l’Académie de police à Savatan ne se dégonfle pas. Après les critiques des élèves genevois, puis celles des aspirantes sur l’esprit martial de la formation, c’est au tour des défenseurs du fédéralisme de se faire entendre. Cette fois-ci, ils s’insurgent contre l’existence d’un badge du centre de formation qui fait référence à une gendarmerie suisse… qui n’existe tout simplement pas.
Les interpellations policières se sont détériorées ces derniers mois constate l’analyste et prévisionniste de polices Frédéric Maillard. Il pose un diagnostic sur ce phénomène et propose ses remèdes
Les attaques contre la police sont motivées politiquement, explique l’ancien commandant de la police cantonale vaudoise, Pierre Aepli. Ce qui est en question n’est pas la formation de la police mais la lutte contre l’impunité des délinquants
Les infractions qui visent les fonctionnaires augmentent. Le syndicat des policiers demande des sanctions plus sévères.
, ,
La commission ad hoc sur le personnel de l’État a décidé vendredi de retarder son vote d’entrée en matière sur le projet de loi réformant la grille d’évaluation salariale de l’État (le fameux projet Score).
Le sondage interne à la police genevoise, unique en son genre, publié hier dans nos colonnes, met en lumière un fossé entre les policiers de terrain et leur état-major jugé à la botte de Pierre Maudet, chef du Département de la sécurité et de l’économie (DSE). Tout cela sur fond d’allergie à la réforme de la police. Malaise révélateur d’une réorganisation à la peine, énième crisette de policiers mal aimés ou manœuvre politique contre le magistrat, en pleine campagne électorale?
Un médecin diagnostiquerait une grosse allergie, doublée d’un surmenage, d’une déprime et d’un risque de burnout. L’état général de la police genevoise est mauvais si l’on en croit un sondage unique en son genre réalisé entre septembre et novembre auprès de 930 policiers (44% de participation). Cette étude, souhaitée il y a deux ans par la Commission du personnel, validée par le Département de la sécurité et de l’économie (DSE) et l’état-major de la police, communiquée à l’interne ce mardi, fustige notamment la réorganisation de la police.
Le Parlement propose que les juges aient une marge d'appréciation plus grande pour les délits de chauffards.
,
Une planche d'images de membres de la police judiciaire circulerait à Champ-Dollon, à la grande inquiétude du syndicat.
Les policiers genevois ont-ils perdu leur boussole morale? Les affaires qui défrayent la chronique depuis une dizaine de jours rappellent une époque mouvementée que l’on croyait révolue.
L'ancien directeur de la prison de Champ-Dollon, Constantin Franziskakis, va devenir commissaire de la police genevoise, dès le 1er février. Une formation spécifique de plusieurs mois suivra sa désignation en tant que commissaire de police, soumise elle-même à évaluation.
L'année "commence fort" pour la police genevoise qui a dû intervenir pour évacuer une manifestation sauvage dans un magasin en rénovation à Genève. Ciblés par des bouteilles, les fonctionnaires ont interpellé des dizaines de personnes.
C'est en vain qu'il aura contesté sa sanction. Selon la RTS, le tribunal de police a confirmé l'ordonnance pénale qui a puni un policier genevois flashé en excès de vitesse alors qu'il poursuivait des malfrats.
«C’est un bon accord compte tenu du contexte économique et social.» Le commentaire de Marc Baudat, président de l’Union du personnel du corps de police (UPCP), sera lu avec délectation par Pierre Maudet, le conseiller d’État responsable de la Sécurité. Après des mois de négociations difficiles, dont un clash survenu le 12 décembre avec le Syndicat de la police judiciaire, la ratification du protocole, mardi matin, est du pain bénit pour le magistrat libéral-radical à la veille des élections cantonales.
Les sept mois de négociations entre les syndicats de police et le Conseil d’État pourraient bien se terminer par un échec. Le Syndicat de la police judiciaire (SPJ) a refusé mardi un protocole d’accord portant sur le traitement des policiers, tandis que l’Union du personnel du corps de police (UPCP) l’a accepté.
Les explosions de bancomats à l’aide de bonbonnes de gaz ont augmenté ces dernières années, elles sont menées par des malfrats dangereux et lourdement armés. Pour les interpeller et pour sauver des vies, la police doit agir vite. Mais lorsqu’on arrive sur les lieux du crime, il faut parfois arrêter les sirènes pour ne pas devenir soi-même une cible ou faire fuir les criminels.
, , ,
- dès 15h : Grève dans tous les secteurs! - 16h : Assemblée…
,
Les deux référendums lancés par Ensemble à gauche et le MCG contre une dégradation du statut des policiers et des gardiens de prison ont été déposés mercredi munis de 7105 signatures. La politique de Pierre Maudet est aussi critiquée.
/
, ,
Au moment où ils déposent le projet de loi SCORE visant à faire un maximum d’économies sur le dos des salariés, les conseillers d’État prévoient d’augmenter leur propre salaire de CHF 34'571.- par an. Préparez-vous à ce qu’ils nous demandent de nous serrer encore la ceinture !
Les rapports compliqués entre les syndicats de police genevois et l'Etat, qui ont rythmé la législature, préoccupent le Parlement. Une quinzaine de questions écrites ont été déposées lors de la dernière session.
Le débat sur l’organisation de la police, anesthésié par l’adoption d’une nouvelle loi en 2015, va-t-il revenir au premier plan? Indice de tension ou de lobbying réussi, quinze questions ont été déposées par différents partis au cours de la dernière session. Et un projet de loi UDC vient aussi d’arriver sur la table.
Genève Des élus au Grand Conseil s’interrogent sur «l’état de santé» de la corporation. La commission du personnel de la police, elle, dénonce. Le soir, il ne reste parfois qu’une seule patrouille de police pour tout le canton de Genève.
Le constat est inquiétant. Depuis le début de l’année, plus de mille réquisitions n’ont pas été assurées par la police genevoise. Soit, en moyenne et selon plusieurs sources, environ quinze interventions quotidiennes, surtout la nuit, selon un rapport rédigé cet été.
La réaction n’a pas tardé. Le Syndicat de la police judiciaire (SPJ) dénonce le comportement d’un policier retraité depuis huit ans, mais toujours membre, qui a tenu sur Facebook des propos dégradants envers les juifs, comme nous l’avons révélé samedi. Le comité va proposer son exclusion.
,
Acceptée le 12 octobre par le Grand Conseil, la réforme de la retraite des policiers et des gardiens de prison sera peut-être soumise au peuple. Ensemble à gauche et le MCG ont annoncé mardi leur volonté de la combattre par référendum. Les deux formations vont chacune tenter de récolter suffisamment de signatures ces 40 prochains jours pour provoquer un scrutin populaire.
Jusqu’ici, l’Etat finançait le rattrapage de la caisse de retraite d’un policier quand il montait en grade. Jeudi soir, le Grand Conseil a abrogé cette pratique. Présentée comme une mesure de justice et d’égalité de traitement des fonctionnaires entre eux par le Conseil d’Etat, cette abrogation devrait être combattue par un ou plusieurs référendums.
Hallucinant». «Scandaleux». Les termes ne manquent pas dans les rangs de la police genevoise pour définir l’impressionnant déploiement des forces de l’ordre à l’occasion de la venue des deux Géantes à Genève, fin septembre. «On a été mobilisés sans congé de compensation», déplore un uniforme qui a dû travailler plus de dix jours d’affilée. «On nous rabâche les oreilles pour nous dire que nous devons faire des économies. Et là, pour deux marionnettes, on sort la grosse artillerie. Je ne comprends pas», ajoute un autre.
, ,
«La coupe est pleine: le Conseil d’Etat déclare la guerre à la fonction publique», écrit Marc Simeth, son président, mettant dans le même sac le projet de loi sur la Caisse de prévoyance de l’Etat. Et d’annoncer d’ores et déjà la tenue d’une assemblée du personnel le 7 novembre. Son but: organiser la mobilisation car «le Cartel se souvient que seule la lutte paie».
Manifestations: La sanction pénale a été publiée sur Internet,…
Les réseaux jihadistes ne connaissent pas de frontières. Selon le «Tages-Anzeiger», plusieurs auteurs des attentats de Barcelone et Cambrils (Esp) sont par exemple passés par la Suisse. D’autres terroristes auraient aussi eu des contacts dans le pays. Or, l’échange de renseignements entre la Suisse et l’Europe coince toujours. L’accès au système d’information d’Europol est à sens unique. Si les enquêteurs suisses sont encouragés à fournir leurs résultats à la base de données, ils ne peuvent pas eux-mêmes y faire des recherches.
Un millier de personnes ont participé ce dimanche aux portes ouvertes de la police genevoise.
Pour booster le recrutement, les forces de l'ordre genevoises mettent au concours une patrouille nocturne avec police secours.
Les coupes budgétaires ont des conséquences sur les effectifs de la police. En deux mois, 500 appels n'ont pas été suivis d'une action.
Dans une résolution adressée au Conseil fédéral, les gardes-frontières définissent l'augmentation de l'âge de la retraite comme «inacceptable» et menant à une «aggravation massive des conditions de travail avec des risques accrus pour la santé et la sécurité». La résolution affirme également que le projet du Conseil fédéral franchit «une ligne rouge qui compromet sa réputation d'employeur fiable».
Emeutes du 19 décembre 2015: Christian Cudré-Mauroux a gagné en justice face à l’Etat en juin. Pourtant, il n’a toujours pas été réaffecté à un poste.
Aux yeux de Thierry Weber, patron de l’agence digitale Breew, l’ADN de l’entreprise est tout simplement «incompatible» avec les médias sociaux. En cause: un management clos, un manque de transparence et un fonctionnement en silos. «Du centre des opérations au contrôleur, l’information circule mal. Les collaborateurs, pieds et poings liés, n’ont pas de marge de manœuvre pour répondre aux attentes des clients en matière de dédommagement notamment.
PROGRAMME   09h00 Début des festivités au Jardin Anglais 09h00…
Le 26 août prochain, au Jardin Anglais, la Société des Conducteurs de Chiens de Police sera également présente à l'occasion du jubilé de la Brigade des Chiens. Son comité et ses membres se sont pleinement impliqués dans l'élaboration de la manifestation et à la récolte des fonds pour la Fondation Theodora.
Fustigé, dégradé, puis blanchi et bientôt réintégré. Désigné par le Conseil d’Etat comme responsable de la mauvaise gestion de la manifestation du 19 décembre 2015, Christian Cudré-Mauroux va retrouver les rangs de la police genevoise. Comme nous l’avons appris, le Conseil d’Etat ne fera pas recours contre la décision de justice qui a blanchi l’ancien chef des opérations de la police.
Les policiers des Yvelines se plaignent de ne pas avoir assez d’effectifs pour couvrir toutes les missions qui leurs sont confiées, entre autre des gardes statiques de domicile de personnalités, relate le journal "Le Parisien".
«La seule garantie pour ne pas être condamné, c’est de respecter la limitation de vitesse. C’est ça la police qu’on veut?» Marc Baudat, président de l’Union du personnel du corps de police (UPCP) déplore les sanctions aux infractions à la circulation routière infligées aux agents en intervention. Une nouvelle condamnation est tombée jeudi contre un inspecteur. Il avait pourchassé les braqueurs du bancomat de Plan-les-Ouates, en 2015.
Le bancomat de la succursale de la Banque Cantonale Genevoise (BCGE) de Plan-les-Ouates qui explose en pleine nuit, un inspecteur qui se rend sur place au plus vite. Il n’y a pas que les cambrioleurs en fuite qui ont occupé la justice suite à cette nuit de 2015, mais également l’agent de police dépêché sur place. Au volant de sa voiture, il a été flashé à plus de 42 km/h au-dessus de la vitesse réglementaire.
Terrorisme: Le temps d’un trajet en train, entre Berne et Genève, le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet livre son analyse sur le défi que pose aujourd’hui l’islamisation rampante d’une fraction des musulmans vivant en Suisse.
La police cantonale genevoise est opérationnelle 24h sur 24 et 365 jours par année. Elle se compose de plusieurs pôles de compétences dont police secours, police de proximité, police routière, police judiciaire et police internationale. A l'écoute de chacun, la police cantonale répond de manière professionnelle aux sollicitations de tout citoyen.
Un choc à 18km/h avec l’auto d’un tiers, alors que la voiture de police grillait un feu rouge pour intervenir sur une agression au couteau, le 30 avril 2015 aux Pâquis. L’agent au volant a été jugé le 29 mars dernier. La justice genevoise a rendu son verdict il y a quelques semaines et l’a acquitté.
«Le Conseil fédéral et la droite se trompent dans leur vision de la défense», affirme le conseiller national Pierre-Alain Fridez (PS/JU). Le socialiste plaide pour le maintien de l'armée, «une sorte d'assurance», mais appelle surtout à renforcer le nombre de policiers.
Un fusible. C’est par ce mot que nous avions qualifié ici même, il y a un an, le chef des opérations de la Police genevoise, Christian Cudré-Mauroux. A cette époque, les voix n’étaient pas innombrables, pour défendre l’homme. Il y eut même quelques belles prises de position pour justifier la véritable persécution que le Conseil d’Etat exerçait sur ce grand policier, trente ans de loyaux services, sur les épaules duquel on avait voulu faire porter tous les maux, en lien avec la manifestation sauvage du 19 décembre 2015. Pendant près d’un an, l’affaire est demeurée figée. Et voilà que ce vendredi 16 juin, par temps magnifique et tout le monde se préparant à savourer le week-end, un communiqué de la Cour de Justice était publié, réhabilitant le policier.
Le Conseil d'Etat fribourgeois a nommé M. Philippe Allain, actuel chef de la gendarmerie fribourgeoise, au poste de Commandant de la Police cantonale. Il succédera, dès le 1er janvier 2018, à l'actuel commandant Pierre Schuwey, qui partira en retraite. La vision stratégique de M. Allain, sa parfaite connaissance des défis qui attendent la Police, ses aptitudes en matière de prise de décision et de conduite ont particulièrement convaincu le Conseil d'Etat. M. Allain deviendra ainsi, à 41 ans, le plus jeune commandant de police de Suisse.
Trois ans de pantalons colorés En 2014, les policiers de Montréal avaient commencé à porter des pantalons de camouflage ou colorés en guise de protestation contre la loi sur la réforme des régimes de retraite du secteur municipal. Récemment, à la mi-mai, les policiers avaient manifesté contre cette loi dans les rues de la métropole en marge du lancement des festivités du 375e anniversaire de Montréal, affirmant qu’elle «bafoue le principe fondamental de la libre négo». Les manifestants s’en étaient aussi pris au projet de loi déposé par le ministre de la Sécurité publique à la fin avril sur le port obligatoire de l’uniforme réglementaire.
🔥 Températures caniculaires 🔥 Peut-on briser la vitre d'un véhicule dans lequel un enfant - ou un compagnon à 4 pattes - est enfermé? Oui en cas d'extrême urgence. Sinon, faites appel aux forces de l'ordre. Si la notion d'urgence n'est pas avérée, le particulier s'expose à une plainte du propriétaire pour dommages à la propriété.
La commandante de la police genevoise, Monica Bonfanti, est entourée de l’ancienne et de l’actuelle présidentes de l’Association des policières suisses (APS), Nadja Koch (à g.) et Cristina Monti. Image: Christian Bonzon
Les femmes dans la police ne représentent que 15% des effectifs. Insuffisant pour le conseiller d’État Pierre Maudet.
,
Un radical-libéral latin devrait remplacer le Neuchâtelois au Conseil fédéral. Le Tessinois Ignazio Cassis figure parmi les favoris, tout comme le Genevois Pierre Maudet.
Pendant un an, il a suivi une volée de l’Académie de Savatan (VS), à la fin des années 2000. Là où sont formés les policiers vaudois, valaisans et aussi genevois depuis 2016. David Pichonnaz, docteur en sociologie, spécialisé dans l’étude des métiers relationnels, chercheur à la Haute Ecole de santé Vaud et chargé de cours à l’Université de Lausanne, s’est ensuite entretenu avec des policiers nouveaux dans le métier. Il a aussi interrogé des formateurs. Ces investigations ont engendré une thèse tout récemment publiée sous le titre Devenirs policiers (Editions Antipodes). L’auteur y met sur le gril la place prépondérante de la discipline militaire et de la violence dans la formation, peu compatibles avec l’idée d’une police de proximité en relation plus étroite avec la population. Est-ce défendable face au terrorisme? Il le pense et s’explique.
,
Si sa réélection n’est pas menacée, vu ses qualités et son charisme, elle risque néanmoins d’être moins brillante qu’en 2012 ou 2013. L’effet de renouveau est passé. Son mode autoritaire et sa manière de tout tirer à lui pourraient agir en défaveur de ses colistiers. La locomotive n’est plus en mode TGV.
Suivant l'avis du gouvernement, la droite et le MCG ont estimé que ce crédit est indispensable pour s'adapter à l'évolution des risques sécuritaires et de la criminalité. Indépendamment de la menace terroriste, des attaques de banques ont eu lieu à l'arme lourde dans le canton, a rappelé le conseiller d'Etat Pierre Maudet, en charge de la Sécurité. «Il faut pouvoir répliquer», a-t-il souligné.
«C’est clair qu’il faut avoir une formation pour l’utilisation des armes et tout ça. Mais il faut apprendre à dialoguer aussi.» Celui que l’étude menée par le sociologue David Pichonnaz au sein de l’Académie de police de Savatan désigne par le pseudonyme de Simon Mottet fait partie de la minorité de recrues qui estime avoir bénéficié des nouveaux enseignements introduits à l’occasion de la création d’un brevet fédéral de policier/policière: psychologie, police de proximité, éthique et droits humains.
Il contient 100 grammes de charge explosive, quand les grenades assourdissantes militaires n’en utilisent que 12,5. Il, c’est le «Big Boy», un pétard surpuissant, nouvellement arrivé sur le marché et qui pourrait bien être utilisé jeudi à Genève, en marge de la finale de la Coupe de Suisse de football, prévient mardi «Le Matin».
, ,
Finances: L’Etat a dévoilé à une commission du Grand Conseil les grandes lignes de son projet de sauvetage de la Caisse de retraite des fonctionnaires. La gauche planche sur des initiatives.
De nouvelles unités de forces spéciales vont être créées dans les cantons de Vaud et Genève pour faire face à la menace terroriste, mais également pour intervenir dans des situations dangereuses ou délicates, comme l’interpellation d’un individu dangereux ou une prise d’otage. Les derniers attentats de Paris et de Bruxelles sont à l’origine de la décision de créer ces deux unités. Elles seront composées de policiers et d’ambulanciers spécialement formés aux techniques et aux stratégies d’intervention.
Cela ressemble à un règlement de comptes, même si Eric Stauffer s’en défend farouchement. Aujourd’hui député indépendant, le cofondateur du MCG propose de modifier la Constitution pour barrer la route du Grand Conseil aux fonctionnaires de police et aux assistants de sécurité publique. Sorti de la Commission des droits politiques avec un préavis majoritairement négatif, le projet de loi constitutionnelle (déposé en mai 2016) sera vraisemblablement traité ce jeudi par le Grand Conseil.
À ceux qui disent "mais tu dors à la caserne".... Que nous…
A Genève, le cortège du 1er mai a réuni 2000 personnes. Au bout du lac, le thème principal de cette journée était l'opposition à Prévoyance vieillesse 2020. Les syndicats en ont profité pour faire signer le référendum contre cette réforme fédérale.
La vidéo «Le cycliste» est basée sur les infractions les plus fréquemment commises par les cyclistes: non-respect de la priorité, dépasser à droite, zigzaguer entre les files de voitures, rouler sur les trottoirs et circuler dans les zones piétonnes. A travers la vidéo «Le cycliste», la Suva et les polices cantonales de Bâle-Ville, Vaud, Fribourg et de Suisse centrale veulent sensibiliser les cyclistes à ne pas jouer avec la vie, ni la leur, ni celle des autres.
Ils n’ont rien perdu de leur puissance de frappe. Les syndicats de la police genevoise, en état d’insurrection quasi permanent depuis une quinzaine d’années, ont encore réussi à obtenir le gel de toute une série de décisions récentes qui leur donnaient de l’urticaire.
Le préavis de grève avait été déposé: les policiers genevois étaient prêts à manifester aujourd’hui sous les fenêtres du conseiller d’État Pierre Maudet. Mais la situation a évolué en 48 heures. Des représentants des syndicats de la police ont rencontré le magistrat PLR ainsi que son collègue MCG Mauro Poggia appelé comme médiateur dans le conflit qui opposait depuis des mois les forces de l’ordre et leur patron, visiblement insensible aux doléances et souffrances des policiers.....
Les policiers envisagent d’arrêter le travail toute la journée de jeudi, mais en maintenant un service minimum. Cette mesure exceptionnelle traduit la colère des troupes à la suite d’une série de décisions prises ou prévues par le chef du Département de la sécurité et de l’économie (DSE), Pierre Maudet.
Le fait que le Canton songe à supprimer ou réduire leur prime de risque (938fr. par mois) a mis le feu aux poudres, précise «Le Matin». Pierre Maudet aurait fait comprendre aux gendarmes que leur métier ne les exposerait pas plus au danger qu’un garde-faune ou une infirmière, poursuit le quotidien.
«Ingérence du Département de la sécurité et de l’économie (DSE).» C’est ainsi que le Syndicat de la police judiciaire (SPJ) qualifie un incident survenu récemment dans le cadre d’une enquête en cours. Cette réaction, qui survient dans un contexte syndical tendu, soulève une question sensible: qu’est-ce qu’un conseiller d’Etat a le droit de savoir en matière d’activité judiciaire de la police?
La fusillade meurtrière sur les Champs-Elysées est la dernière d'une série d'attaques visant les forces de l'ordre. La fusillade, qui a coûté la vie à un policier jeudi soir sur les Champs-Elysées à Paris, est la dernière d'une série d'attaques ayant pris pour cible les forces de l'ordre en France. Celles-ci sont placées en état d'alerte depuis janvier 2015.
La police s'apprête à acquérir une vingtaine d'épées d'apparat afin de renouveler son stock. Elles seront distribuées au gré des nominations des officiers supérieurs à qui elles sont destinées et gravées à leurs initiales. Ces épées complètent la «grande tenue», historique, qui comprend notamment un bicorne et que les officiers revêtent lors de cérémonies comme l'assermentation d'agents ou à l'Escalade. Achetées par lot, elles coûtent 700 francs pièce.
En 2012 déjà, le personnage avait été cerné! 22.12.2012 On…
Pierre Maudet promulgue une nouvelle directive sur les droits…
© Copyright - UPCP Copyright - UPCP 2016 - Designed by WebGenève