Entrées par user-wmc

De l’huile sur le feu

Jeudi 20 avril 2017
Par: Rachad Armanios (Le Courrier)

https://www.lecourrier.ch/148712/de_l_huile_sur_le_feu

Au début du mois, on apprenait qu’une quinzaine de gardiens de la prison genevoise de Champ-Dollon étaient convoqués pour un entretien de service. Leur faute? Avoir manifesté devant la prison pour protester contre le départ forcé de leur chef, le très apprécié Constantin Franziskakis, en conflit notoire avec le chef de l’Office de la détention. Le plus tordu de l’histoire, c’est que M. Franziskakis, alors encore en poste à Champ-Dollon, a été lui-même chargé de remettre au pas ses employés l’ayant défendu.

Cette semaine, c’est une procédure administrative qui a été ouverte contre 162 policiers. Ils avaient, en octobre dernier, refusé de suivre une formation pour protester contre une directive sur leurs horaires qu’ils assimilent à du «travail sur appel». Les discussions sur la directive ont entretemps bien avancé. Ils ont donné des résultats réjouissants, à en croire le syndicat des policiers. Preuve selon lui de la légitimité des actions démarrées à l’automne. Intimider des employés plutôt que de les entendre? Tel est le climat dans le royaume de Pierre Maudet, le chef de la Sécurité. Le Cartel intersyndical de la fonction publique, lui, étend volontiers ce constat à l’ensemble du Conseil d’Etat.

A la décharge des autorités, les négociations avec la police ont toujours été très compliquées à Genève. Nombre de conseillers d’Etat, chargés de la Sécurité, se sont cassé les dents face à une police puissante et soudée, qui avait accumulé primes et privilèges.

Il n’empêche. Etre mobilisable quasi en tout temps pour répondre à l’inflation sécuritaire dont ces fonctionnaires ne sont pas responsables n’est pas acceptable. Surtout, le partenariat social impose une réelle concertation sur les conditions de travail. Pour éviter les grèves et la protestation, la criminalisation des actions n’est ni une réponse digne d’une démocratie ni efficace.… Lire la suite...

L’achat d’épées d’apparat passe mal

L’achat d’épées d’apparat passe mal

https://www.lecourrier.ch/148711/l_achat_d_epees_d_apparat_passe_mal

Mercredi 19 avril 2017 – Rachad Armanios (Le Courrier)

La police s’apprête à acquérir une vingtaine d’épées d’apparat afin de renouveler son stock. Elles seront distribuées au gré des nominations des officiers supérieurs à qui elles sont destinées et gravées à leurs initiales. Ces épées complètent la «grande tenue», historique, qui comprend notamment un bicorne et que les officiers revêtent lors de cérémonies comme l’assermentation d’agents ou à l’Escalade. Achetées par lot, elles coûtent 700 francs pièce.

Dans un tract, le Syndicat des services publics critique cette dépense. Elle est «inutile et choquante sur le principe alors que le Conseil d’Etat impose des économies à la fonction publique», précise la syndicaliste Sabine Furrer. Elle remarque que les épées, personnalisées, doivent être achetées pour tout nouvel officier. Vice-président de l’Union du personnel du corps de police, Sébastien Glauser se dit «hors de lui». «On nous impose de nous serrer la ceinture, mais la hiérarchie, elle, ne s’embarrasse pas de dépenses farfelues, c’est inadmissible!»

Une tradition qui date XIXe siècle

Porte-parole de la police, Jean-Philippe Brandt défend une «tradition datant du XIXe siècle qui véhicule des valeurs. L’épée est un symbole de commandement, l’offrir à un officier est une forme de reconnaissance de ses nouvelles responsabilités et revêt un caractère honorifique.» La police a fait des efforts d’économies, notamment en adoptant un uniforme commun aux polices romandes, ajoute-t-il. En outre, «chaque policier recevait encore il y a trois-quatre ans la tenue d’apparat qu’il n’utilisait que pour la cérémonie d’assermentation. Depuis, nous disposons d’un stock de tenues qui leur sont seulement prêtées.» Au vu des 8 milliards du budget de l’Etat, le policier ne considère pas que les épées d’apparat soient une source d’économies. Une trentaine de personnes sont concernées, des premiers lieutenants à la cheffe de la police.

Lire la suite...

Défilé du 1er Mai (Fête du travail)

11h au monument à la mémoire des Brigadistes, rue Dancet côté plaine de Plainpalais,

allocutions de solidaritéS et CGAS, ainsi que Fair Internship Initiative – FII Geneva

15h départ du cortège du boulevard James-Fazy empruntant place des 22-Cantons,
rue de Chantepoulet, pont du Mont-Blanc, rue d’Italie, rues Basses, rue de la Corraterie, place Neuve, rue du Conseil Général, rue Balmat, plaine de Plainpalais

16h30 allocutions du Parti du Travail et du SIT

la fête populaire a lieu sur la Plaine de Plainpalais,

côté Place du Cirque
17h partage et restauration avec plus de 30 stands – jusqu’à 21h00

20h30 au Spoutnik projection gratuite de «Oncle Bernard, L’anti-leçon d’économie»

Plus d’infos sur le défilé du 1er mai à Genève sur: http://www.cgas.ch/1erMai/

Lire la suite...